Still Human

1168-2015-08-20-logo-profilpublicstartup

Donnons aux plantes la capacité d’être autonomes et d’améliorer notre quotidien, là où on ne les trouve pas encore

 
5+
 

Le concept

Notre projet original est un robot couplé à une plante capable de déplacer cette plante et de lui donner des comportements.Ce faisant, le projet Gå.ia se propose de doter des plantes de capacités de perception de son environnement, de représentations, de raisonnement, et de comportements – c’est à dire de capacité à agir, afin de les rendre autonomes.

Nous le savons, les plantes nous apportent déjà chaque jour une multitude de bienfaits. L’intérêt de ces Cyborgs est d’augmenter les plantes pour proposer de nouvelles opportunités aux environnements humains, et à l’environnement tout court.

Hommes comme plantes en sont donc les bénéficiaires. Ainsi, les hommes pourront accéder aux atouts et qualités naturels des plantes, tels que leurs apports esthétiques, dépolluants et alimentaires, mais aussi protecteurs avec leurs effets sur les nuisibles (Insectes, animaux, etc.).

Le marché

Clients et cible

Notre marché cible plusieurs profils divisés en 3 catégories: les connaisseurs, les amateurs et les non- initiés. Les premiers sont principalement des femmes entre 35 et 50 ans, les suivants des femmes entre 25 et 65ans et enfin les derniers des homes en dessous de 35ans et des enfants entre 3 et 12ans. Nous estimons le marché global de nos produits en tenant compte des ventes de végétaux, mais aussi du marché de la robotique et des objets connectés, estimé aux alentours de 20M€ pour 2017.

Valeur ajoutée et éléments différenciants

Nous avons analysé les acteurs du domaine et nous en avons ressorti plusieurs potentiels concurrents tels que Parrot, Meg et Koubachi. Nous nous démarquons de ces produits grâce à notre approche dédiée et surtout notre volonté de faciliter les usages à l’aide de nos connaissances dans les domaines du design industriel et de notre savoir en ingénieurie. Nos produits ont une véritable vocation à innover de par leur démarche, leurs formes, leurs esthétiques et leurs fonctions.

Modèle économique

Plusieurs aspects sont envisageables. Nous envisageons différents marchés cibles pour ce produit, le particulier voulant avoir une plante qui se maintient seul, les entreprises et événementiels louant ou achetant des flottes de robots (plusieurs négociations sont en courts avec deux grands groupes.) Et enfin les municipalités voulant apporter des végétaux en ville. Ces différents marchés permettent une diversité de ventes ou de locations apportant ainsi une vrai valeurs aux différentes gammes de cyborgs végétaux qui se développeront par la suite.

Premiers succès

De nombreux articles sont déjà paru sur le robot, sur internet (Humanoide.fr, objetconnecté.fr,etc), dans la presse (Science&Vie, Le Figaro, Liberation, Le Parisien, Planète Robot, Silex ID, etc.) et à la télévision (BFM, France 5, France 24, etc.). Par ailleurs, Ga.ia reçu le prix coup de Coeur du jury aux “Talents du numérique” organise par BFM Business et Syntec. Enfin, le robot reçu un grand succès lors du salon Innorobo 2015 et la Maker Faire Paris.

 
 
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *